Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Les sources du réseau

Le réseau montfortain gabriéliste est essentiellement tourné vers le monde scolaire. Ce réseau s'alimente aux sources spirituelles et éducatives nées au temps de saint Louis-Marie Grignion de Montfort, au temps du Père Gabriel Deshayes, et dans les développements successifs de la congrégation des Frères de Saint-Gabriel grâce à l'innovation des supérieurs généraux, en particulier le Frère Eugène-Marie.

Autour de ces trois personnages-clés, une tradition éducative spécifique s'est créée.

  • Sept frères assistaient Louis-Marie Grignion de Monfort pendant ses missions, il les appelle « les frères de la communauté du Saint-Esprit pour faire les écoles charitables ». Ces écoles représentent dans la vie et l'oeuvre de Montfort une réalité essentielle vers laquelle convergent aussi bien sa formation et ses activités missionnaires que les expériences pédagogiques menées avant lui.
  • Appelé à Saint-Laurent-sur-Sèvre en 1821 pour diriger et restaurer les congrégations montfortaines, le Père Gabriel Deshayes aide les congrégations naissantes à s'organiser. Il donne, en particulier,  un nouveau souffle aux frères enseignants. Il  permet un développement très important de leur nombre et des écoles où ils sont envoyés. Il crée pour eux, un  lieu de vie : la maison Supiot.
  • De son vivant, le Père Deshayes avait remarqué  deux frères : les frères Augustin et Siméon. A la mort du Père Deshayes, le frère Augustin devient supérieur général, puis c'est le tour du frère Siméon. Ce dernier a laissé aux frères, par ses conseils et ses exemples, une haute idée de leur consécration religieuse et de leur responsabilité d'éducateur de la jeunesse. Il est sans doute celui qui a le plus contribué à donner à la pédagogie gabriéliste sa caractéristique la plus forte et la plus visible : l'esprit de famille...
  • Le frère Eugène-Marie devient lui aussi supérieur général en 1862.